Revue syndicale à caractère scientifique et culturel de la CGT FERC Sup

Nuage de mots


Dernière publication



Document d’orientation de la CGT FERC Sup • 3e congrès (Blainville-sur-Mer 2017)

Document d’orientation adopté en mars 2017, au 3e congrès de la CGT FERC Sup à Blainville-sur-Mer par 95,32% des voix exprimées.


Accueil > Tous les cahiers thématiques > Document d’orientation de la CGT FERC Sup • 3e congrès (Blainville-sur-Mer (...) > 3. L’outil syndical et son devenir > 3.2 • L’organisation des syndicats CGT FERC Sup · Les étudiant·es

juillet 2017

3.2 • L’organisation des syndicats CGT FERC Sup · Les étudiant·es

3.2.3 La CGT FERC Sup et les étudiant.es

Parce qu’elle est quotidiennement au contact de la jeunesse dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, la CGT FERC Sup se doit d’intervenir dans le débat qui traverse la confédération et ses organisations sur les thèmes de la CGT et les jeunes et de la syndicalisation des étudiants et lycéens.

3.2.3.1 Une CGT ouverte aux étudiant.es

La syndicalisation des étudiant.es pose de nombreuses questions théoriques et pratiques. Les étudiant.es sont des usagers du service public, mais cet « usage » est le temps principal de leur activité. Doit-on considérer que n’étant pas des travailleurs, nous ne pouvons pas les syndiquer ou, en tant que futurs travailleurs, les syndiquer au nom de la continuité syndicale (comme les retraités – travailleurs libérés de leur emplois ou les chômeurs – travailleurs privés d’emplois) ? Si l’on considère que les étudiant.es doivent entrer dans le champ de la syndicalisation CGT, que les étudiant.es-salarié.es doivent être syndiqué.es dans leur branche professionnelle et que les étudiant.es contractuel.les de l’université ont vocation à se syndiquer à la CGT FERC-Sup, quelle place resterait à une organisation CGT spécifiquement étudiante ? Quelles difficultés posent la syndicalisation dans une même organisation des étudiants contractuels de l’enseignement supérieur et de leurs enseignants ? Par ailleurs, la confédération privilégie historiquement les relations avec l’UNEF. La perception de l’UNEF des syndicats de l’Union varie en fonction des situations locales. Se pose ainsi également la question des relations avec les organisations étudiantes existantes. Nous devons enfin nous interroger sur les modalités de développement d’une syndicalisation étudiante qui ne soit pas extérieure ou hors sol.

Le congrès des syndicats CGT des établissements d’enseignement supérieur et de recherche souhaite contribuer au débat sur la question dans la CGT. C’est pourquoi sera mis en place un débat au sein de l’Union nationale permettant de définir une position commune et cohérente.

3.2.3.2 Les étudiant.es salarié.es dans l’ESR

La CGT FERC Sup est confrontée, avec les étudiant.es des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, à diverses situations ou sollicitations auxquelles elle doit répondre. Depuis plusieurs mois, notre organisation a été notamment associée dans plusieurs établissements aux luttes des étudiantes et étudiants contractuel.les ou des doctorantes et doctorants.

On trouve en effet dans tous nos établissements nombre de personnels contractuels qui sont étudiants et contribuent largement au fonctionnement de nos établissements : vacataires sur les chaînes d’inscription, moniteurs de bibliothèques, personnels d’appoint permettant de pallier le manque de personnels titulaires, ATER, contrats doctoraux… Quantitativement cela représente plusieurs centaines (parfois milliers) de personnes. Par exemple, à Toulouse 2, ce sont plus de 2 000 contrats annuels qui sont concernés pour moins de 2000 personnels BIATSS titulaires et contractuels.

Ces étudiant.es salarié.es dans nos établissements sont dans notre champ de syndicalisation. La CGT FERC Sup doit syndiquer ces étudiant.es contractuel.les et penser à leur mode d’organisation au sein de la CGT alors qu’ils ont pour habitude de s’organiser hors des syndicats, généralement dans des collectifs locaux, pour défendre leurs droits et intérêts particuliers et collectifs. Syndicats dont ils sollicitent par ailleurs en même temps le soutien et le savoir faire.

La CGT FERC Sup doit construire avec eux des revendications sur les contrats de travail et pour qu’ils disposent des mêmes droits et garanties collectives que les autres personnels contractuels.

Durant le dernier trimestre 2016, la CGT FERC Sup a engagé une action de soutien et de revendication en direction de ces personnels contractuels. Cet effort doit être poursuivi et développé dans l’ensemble des établissements avec l’objectif de les syndiquer à la CGT FERC Sup.

3.2.3.3 Les contrats doctoraux

Aujourd’hui, près de la moitié des thèses ne sont pas financées (jusqu’à 60 % en sciences humaines) et de nombreuses et nombreux doctorants sont d’ailleurs contraints d’arrêter leur thèse en cours de route. Une fois le doctorat obtenu, l’espoir d’obtenir un poste d’enseignante-chercheuse/enseignant-chercheur ou de chercheuse/chercheur titulaire est très faible (peu de postes ouverts aux concours) et, dans le privé, le patronat refuse toujours de reconnaître le doctorat dans les conventions collectives.

La CGT FERC Sup revendique la fin de l’opacité du recrutement des doctorantes et doctorants contractuels, le financement de toutes et tous les doctorants pendant la durée de leur thèse avec l’augmentation du nombre de contrats doctoraux et leur financement public pour qu’ils puissent échapper à la logique marchande, l’augmentation du nombre de postes de chercheuses et de chercheurs ou d’enseignantes-chercheuses et d’enseignants-chercheurs titulaires pour soustraire les docteures et docteurs à la précarité et au chômage.

De nombreuses pressions sont exercées sur les étudiantes et étudiants doctorants : obligation du paiement des droits d’inscription, opacité sur les obligations de service, travail gratuit favorisé par les prolongations d’inscription sans financement, tâches supplémentaires en dehors de leurs obligations réglementaires, obligation de financer leur thèse par des petits boulots étudiants pour celles et ceux qui ne sont pas financés…
Les relations avec la hiérarchie et tout particulièrement avec les directrices et directeurs de thèse, sans véritable instance de recours peuvent aussi être parfois particulièrement difficiles ou conflictuelles.

L’arrêté du 31 août 2016 qui redéfinit les conditions d’études, de recherche et de rémunération des doctorantes et doctorants n’apporte que très peu de réponses aux difficultés qu’ils rencontrent tout au long de la préparation de leur thèse.

C’est pourquoi la CGT FERC Sup revendique l’exonération des frais d’inscription pour toutes et tous les doctorants qu’ils soient financés ou non, de réelles alternatives et instances de recours crédibles au face-à-face potentiellement pathogène entre la doctorante ou le doctorant et sa directrice ou son directeur de thèse, la mise à disposition du matériel nécessaire à un travail de recherche de qualité, le respect des droits des doctorantes et doctorants contractuels, ATER, post-docs en matière de temps de travail et d’obligations de service, le paiement des heures de TP au niveau des heures de TD pour toutes et tous et l’augmentation générale de la rémunération des doctorantes et doctorants contractuels, des ATER et post-docs avec la prise en compte dans le calcul de la retraite de l’intégralité des années de thèse effectuées.

3.2.3.4 Une ouverture vers les salarié.es en période de formation

Pour des raisons multiples et variées, principalement financières, nos établissements ont entrepris d’occuper le marché très juteux mais aussi très concurrentiel de la formation continue. Des salariés en formation sont donc présents dans nos établissements sur des périodes variant de quelques semaines à plusieurs mois. Ces étudiant.es peuvent avoir des problèmes et des revendications spécifiques dus à leur statut hybride d’étudiant.e et de salarié.e en formation. Aujourd’hui, les syndicats de l’Union ne sont pas préparés à répondre à ce type de besoins.

Si, comme cela a pu être constaté dans le chapitre consacré à la formation continue, cette dernière est appelée à se développer dans nos établissements, notre Union nationale devra répondre à de nouvelles questions : comment la CGT FERC Sup travaille-t-elle avec les salarié.es qui sont en formation dans les établissements dans le cadre de la formation tout au long de la vie, de la VAE, etc. ? Quels liens construire avec l’interpro CGT sur cette question ? Quels projets CGT défendre avec l’interpro sur la formation des syndiqués dans les Instituts régionaux du travail qui existent dans certains de nos établissements ?


La CGT FERC Sup décide

  • Les doctorantes, doctorants, docteures et docteurs ont toute leur place dans un syndicat interprofessionnel comme la CGT. C’est l’union des contractuels et des titulaires qui peut permettre de changer les choses. Qu’elles ou qu’ils soient contractuel.les ou non, la CGT FERC Sup considère que c’est l’ensemble des doctorantes, doctorants, docteures et docteurs qu’il faut défendre comme des travailleuses et des travailleurs.

La CGT FERC Sup met en débat

  • Le bureau national ouvrira le débat avec le conseil national sur les moyens à mettre en œuvre dans les syndicats pour syndiquer les étudiant.es doctorant.es et leur proposer une activité syndicale spécifique dans les syndicats au niveau des établissements ou d’une ComUE auxquelles sont généralement rattachées les écoles doctorales.
  • Un état de lieux des expériences menées dans les différents établissements sera réalisé dans cette perspective et mis à disposition des syndicats.
  • Le congrès décide de développer et diffuser les outils élaborés pour l’information et la syndicalisation des étudiantes et étudiants contractuels. Le bureau national organisera un débat au sein du conseil national sur les modalités de développement d’une activité spécifique pour ces personnels contractuels dans les syndicats d’établissements (quelle activité, quel rôle de l’Union, etc.).
  • Le bureau national fera des propositions de pistes de réflexion et d’analyse au conseil national afin de déboucher sur des outils qui donneront aux syndicats les moyens d’explorer le terrain de l’ouverture vers les salarié.es en formation dans nos établissements et d’élaborer un argumentaire et des projets de décisions sur ce sujet lors du prochain congrès.

Référence électronique

"3.2 • L’organisation des syndicats CGT FERC Sup · Les étudiant·es", publié le 23 juillet 2017, URL : http://www.resistances.net/spip.php?article95, consulté en ligne le 16 décembre 2017


Article précédent - Article suivant

FERC-Sup CGT