Revue syndicale à caractère scientifique et culturel de la CGT FERC Sup

Nuage de mots


Dernière publication



Document d’orientation de la CGT FERC Sup • 3e congrès (Blainville-sur-Mer 2017)

Document d’orientation adopté en mars 2017, au 3e congrès de la CGT FERC Sup à Blainville-sur-Mer par 95,32% des voix exprimées.


Accueil > Tous les cahiers thématiques > Document d’orientation de la CGT FERC Sup • 3e congrès (Blainville-sur-Mer (...) > 3. L’outil syndical et son devenir > 3.4. Situation du syndicalisme au niveau européen et mondial

juillet 2017

3.4. Situation du syndicalisme au niveau européen et mondial

La FERC CGT est membre de l’Internationale de l’Éducation (IE) qui est une organisation syndicale mondiale dans le domaine de l’éducation constituée en 1993.

L’IE est composée de 394 organisations et représente 30 millions de personnels.

Dans ses statuts, « L’Internationale de l’Éducation se compose d’organisations d’enseignants et d’employés de l’Éducation et de la recherche qui défendent les principes du syndicalisme indépendant et aspirent à mettre en valeur la démocratie, les droits de l’homme et la justice sociale dans leurs nations, à améliorer les conditions de vie et de travail de leurs membres et à faire progresser l’éducation par l’action syndicale. »

La FERC a fait le choix d’adhérer à l’IE mais elle n’y participe pas à la juste hauteur des effectifs syndiqués qu’elle représente. Elle ne cotise et n’est représentée que pour un tiers de ses adhérents. La question de l’élargissement de l’assiette de la cotisation de la FERC à l’IE est donc posée.

Au cours du dernier mandat fédéral, l’activité internationale s’est renforcée, notamment dans le secteur de l’ESR.

  • La FERC a relayé les campagnes pour imposer le droit universel à l’éducation, pour refuser que l’éducation, la connaissance, la culture soient considérées comme des marchandises, en les excluant des traités commerciaux.
  • Récemment, la fédération a choisi de s’investir dans le travail avec le Conseil Syndical Européen de l’éducation CSEE, au sein de l’IE, en « participant aux instances du CSEE, aux espaces d’élaboration des orientations et revendications syndicales du CSEE ».
  • La FERC a acté sa participation à la commission permanente et son intégration au groupe permanent des personnels non enseignants.

Outre la décision à propos de la participation ou non à la commission non enseignant, les syndicats de la CGT FERC Sup devront se déterminer : quelle place et quel rôle doit jouer sa fédération au sein d’une instance

  • reconnaissant le processus de Bologne,
  • affirmant que l’enseignement supérieur et la recherche ont un le rôle et une responsabilité dans la sortie de la crise et la réindustrialisation des pays
  • agissant auprès des institutions européennes sous forme de lobbying.

La CGT FERC Sup considère que la lutte pour l’éducation et l’enseignement eupérieur et la eecherche est indispensable au niveau international. Elle s’inscrit dans les décisions du 51e congres et pense qu’un syndicalisme revendicatif, de classe passe notamment par la participation aux euromanifestations. En ce sens, le congrès mandate la future direction pour informer et mobiliser les syndicats à chaque nouvelle initiative pour porter les revendications CGT.

Pour la CGT FERC Sup, un travail sur l’éducation et l’ESR est indispensable au niveau international par tous les moyens possibles comme :

  • Les camarades de la CGT Ferc Sup et leurs réseaux.
  • Les contacts de la CGT, confédérale, fédérale et interprofessionnelle.
  • Les instances syndicales internationales du secteur avec lesquelles existent des convergences revendicatives.
  • La mise en place de groupes de travail.
  • Les contacts bilatéraux

Pendant ce mandat, la CGT FERC Sup poursuivra la réflexion, notamment à travers une ou plusieurs journées d’étude pour explorer cette voie en prenant soin de ne pas épuiser nos moyens humains et financiers. Le bureau national proposera au conseil national une méthode et un programme de travail à mettre en œuvre avec des objectifs tels que de lancement d’un état des lieux des systèmes d’ESR dans différents pays ou le recensement des conséquences des politiques mises en œuvre par divers États :

  • L’amplification de la rédaction de communiqués et de motions de solidarité internationalistes.
  • Précarité.
  • Fusion, réunion des universités.
  • Privatisation.
  • Transformation de l’enseignement par rapport au bassin local d’emploi ou lobbying.

Référence électronique

"3.4. Situation du syndicalisme au niveau européen et mondial", publié le 23 juillet 2017, URL : http://www.resistances.net/spip.php?article99, consulté en ligne le 16 décembre 2017


Article précédent - Article suivant

FERC-Sup CGT