Revue syndicale à caractère scientifique et culturel de la CGT FERC Sup

Nuage de mots


Dernière publication



Document d’orientation de la CGT FERC Sup • 3e congrès (Blainville-sur-Mer 2017)

Document d’orientation adopté en mars 2017, au 3e congrès de la CGT FERC Sup à Blainville-sur-Mer par 95,32% des voix exprimées.


Accueil > Tous les cahiers thématiques > Rapport StraNES : le miroir aux alouettes ! > Présentation

juin 2016

Présentation

Ce rapport comporte diverses pistes d’orientations de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (ESR). C’est en pratique un catalogue de mesures permettant de mettre en œuvre l’« autonomie » des établissements obtenue en 2007 par la Conférence des présidents d’université (CPU). Il est également conçu pour affirmer la prééminence des universités dans le système d’enseignement supérieur et de recherche, reprenant ainsi à son compte les objectifs annoncés par le candidat Sarkozy à la CPU pour l’ouverture de son colloque de Metz en févier 2007 : « Je ferai à nouveau des universités la clé de voûte du système d’enseignement supérieur et de recherche ».

Dès l’avant-propos, les auteurs énoncent d’emblée que « le lien formation-recherche constitue un fil rouge » de leur rapport. Nous verrons tout au long du document toute l’ambiguïté de cette formulation avec laquelle nous serions plutôt d’accord. Car, si elle rappelle à un détour de phrase que « toute formation universitaire doit être adossée à la recherche » (p. 127), elle ne précise jamais, bien évidemment, que chaque cours doit être assuré par des enseignants-chercheurs ou des enseignants faisant de la recherche.

Suivent 5 « axes stratégiques » et 3 « leviers pour agir dès aujourd’hui », déclinant 40 propositions (notées « Prop. » par la suite).

  • Axe 1 : Construire une société apprenante et soutenir notre économie
  • Axe 2 : Développer la dimension européenne et l’internationalisation de notre enseignement supérieur
  • Axe 3 : Favoriser une réelle accession sociale et agir pour l’inclusion
  • Axe 4 : Inventer l’éducation supérieure du XXIe siècle
  • Axe 5 : Répondre aux aspirations de la jeunesse
  • Levier 1 : Dessiner un nouveau paysage pour l’Enseignement supérieur
  • Levier 2 : Écouter et soutenir les femmes et les hommes de l’Enseignement supérieur
  • Levier 3 : Investir pour la société apprenante et adapter les financements aux besoins

Notons dès maintenant que le titre de l’axe 1 est symbolique : on serait donc actuellement dans une société ignorante ?? Et tout développement des connaissances semble devoir être subordonné au développement de « l’économie », ce qui signifie en pratique le soutien prioritaire aux profits et aux actionnaires.

En première lecture, on serait presque tenté de se réjouir. La StraNES affiche des objectifs indéniablement ambitieux, elle propose notamment :

  • de porter le budget de l’Enseignement Supérieur et de la recherche à 2 % du PIB d’ici 2025 dans les États membres de l’Union européenne (Prop. 36, p. 162),
  • d’atteindre 60 % de classe d’âge ayant un diplôme d’Enseignement supérieur et de Recherche (50 % niveau Licence, 25 % niveau Master, Prop. 1, p. 53),
  • d’orienter 0.25 % de la masse salariale des entreprises vers les formation d’enseignement supérieur (Prop. 37, p. 163),
  • de diviser par deux l’écart social de « diplomation » (ainsi en 2010, seuls 28 % des enfants de père ouvrier ou employé sont diplômés de l’enseignement supérieur, contre 65 % pour les enfants de cadres, cf. Prop. 11, p. 85),
  • d’atteindre 50 % d’étudiants boursiers d’ici 2025 (Prop. 23, p. 116),
  • d’atteindre 165.000 étudiants en apprentissage par d’an pour 2020 (Prop. 3, p. 55), ce qui est ambitieux mais pas forcément positif comme nous le verrons,
  • de former 20.000 docteurs par an (dont 12.000 français) d’ici 2025 et de développer l’emploi scientifique en entreprise et pour cela mettre en place un système de bonus / malus du Crédit Impôt Recherche (CIR), (Prop. 4, p 56),
  • de produire 40.000 nouveaux logements étudiants pour 2018-2022, après le plan annoncé de 43.000 logements d’ici 2018 (Prop. 25, p. 117, mais en pratique c’est surtout le parc locatif privé qui est ciblé !).

Elle préconise également

  • de « dessiner un paysage équilibré » de l’enseignement supérieur, tout en assurant une stratégie nationale (Prop. 27 et 29, pp. 136, 137),
  • un « rattrapage » des dépenses par étudiant entre les différentes filières de formation (CPGE, STS, grandes écoles, universités, différents ministères) (p. 150) et entre différents types de formations (SHS par ex., Prop. 40, p. 164),
  • un plan national pour les disciplines rares ou qui vont le devenir (Prop. 29, p. 137),
  • et une meilleure « valorisation » de l’enseignement dans les carrières des Enseignants-chercheurs et des Chercheurs (sic, Prop. 33, p. 148).

Le rapport fait un certain nombre de constats que nous partageons, notamment sur la faible place des classes populaires dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche ou sur l’absence de débouchés en matière d’emploi. Mais, soit on a affaire à un miroir aux alouettes (promesses chiffrées dont on ne sait pas bien comment elles vont être tenues), soit à des solutions dangereuses.

De manière générale, c’est la fuite en avant libérale qui est privilégiée. On en trouve un exemple p. 30 : il faut s’adapter car « le fait de stagner revient à reculer, comme l’expérience nous l’apprend quand nous sommes assis dans un train à l’arrêt qui voit passer un TGV ». Que le TGV fonce dans le mur ne semble pas leur poser de problème…

Toute solution de rupture avec l’évolution actuelle de l’Enseignement supérieur et de la Recherche est de toute façon disqualifiée. Le constat de désespérance des jeunes, appuyé sur l’enquête « Génération quoi ? » qui révèle d’une part la disponibilité des jeunes pour participer à un mouvement de type Mai 68 et la montée de la xénophobie chez les jeunes d’autre part conduit le rapport à mettre sur le même plan, de manière perverse, ces deux éléments (p. 109).

Il est donc important de ne pas s’en tenir aux apparences d’une écriture flagorneuse pour écarter l’habillage de surface et regarder en profondeur les propositions avancées afin d’en apprécier la réelle portée.


Référence électronique

"Présentation", publié le 16 juin 2016, URL : http://www.resistances.net/spip.php?article65, consulté en ligne le 16 décembre 2017


Chapitre précédent - Article suivant

FERC-Sup CGT