Revue syndicale à caractère scientifique et culturel de la CGT FERC Sup

Nuage de mots


Dernière publication



Document d’orientation de la CGT FERC Sup • 3e congrès (Blainville-sur-Mer 2017)

Document d’orientation adopté en mars 2017, au 3e congrès de la CGT FERC Sup à Blainville-sur-Mer par 95,32% des voix exprimées.


Accueil > Tous les cahiers thématiques > Rapport StraNES : le miroir aux alouettes ! > Plan de création d’emplois ? Précarité ?

juin 2016

Plan de création d’emplois ? Précarité ?

Le rapport dit qu’il faut « Prolonger et amplifier le plan de créations d’emplois dans l’enseignement supérieur et la recherche » (Proposition 32 p. 147). Il y a deux manières de voir les choses : nous pourrions nous réjouir que le rapport propose des créations d’emplois. Mais dire qu’un plan de création d’emploi doive être « prolongé » et « amplifié » signifierait qu’il en existe un, ce qui est contraire aux faits : certes, notre ministère a été moins touché que la plupart des autres ministères qui subissent un plan de destruction d’emplois catastrophique. Toutefois, même si la gestion locale avec les Responsabilités et compétences élargies (RCE) conférée aux établissements (leur transférant la gestion directe de la masse salariale de leurs personnels) et la RGPP (fongibilité asymétrique de la masse salariale vers le budget de fonctionnement uniquement) empêchent toute vision nationale de l’emploi dans nos établissements, nous vivons et subissons au quotidien des réductions d’emploi, des gels de postes. Chacun des postes annoncés par le ministère est aussitôt gelé par les établissements étranglés financièrement. Certains sont toutefois maintenus… pour mettre en place les Communautés d’universités et d’établissements (ComUE) !

Une partie non négligeable du budget de notre ministère est dévoyé dans le Crédit Impôt Recherche, ce qui ne contribue pas à l’ESR public. Enfin, le rapport parle d’emplois, sans préciser leur type : contractuels ou fonctionnaires… Cette omission est bien inquiétante : certes le rapport dit bien à un moment « cette précarité est déjà trop présente dans l’ESR, a un impact négatif » (p. 140), mais aucune proposition ou ébauche de proposition ne demande ou n’engage la réduction de la précarité (qui est estimée officiellement à 30 % à 40 % de contractuels dans notre secteur, hors vacataires).
Il est significatif de noter que le texte ne cite qu’une fois le mot « fonctionnaire » et « fonction publique » en 250 pages, pour parler de l’insertion des docteurs…

L’essence du rapport est tout entière contenue dans cette Proposition 32 : partir d’un constat factuellement très discutable pour énoncer une proposition apparemment positive. Et tenter de faire oublier que cette proposition est à l’exact opposé de toute la politique menée jusqu’à présent.

On pourrait donc se contenter de critiquer le fait que cette proposition demanderait des moyens considérables, sans bien savoir d’où ils viendraient. Mais il faut bien comprendre que cette StraNES constitue avant tout une tentative particulièrement pernicieuse de couvrir la politique actuelle, brutale et régressive, qui conduit à une restructuration sans précédent et en profondeur de l’ESR.


Référence électronique

"Plan de création d’emplois ? Précarité ? ", publié le 16 juin 2016, URL : http://www.resistances.net/spip.php?article66, consulté en ligne le 16 décembre 2017


Article précédent - Article suivant

FERC-Sup CGT