Revue syndicale à caractère scientifique et culturel de la CGT FERC Sup

Nuage de mots


Dernière publication



Document d’orientation de la CGT FERC Sup • 3e congrès (Blainville-sur-Mer 2017)

Document d’orientation adopté en mars 2017, au 3e congrès de la CGT FERC Sup à Blainville-sur-Mer par 95,32% des voix exprimées.


Accueil > Tous les cahiers thématiques > L’Enseignement supérieur et la recherche, au risque de la régionalisation > VIII • Diagnostic et revendications

mars 2013

VIII • Diagnostic et revendications

Décentralisation : discontinuité territoriale, mise en concurrence des territoires et généralisation des inégalités.

L’autonomie renforcée, la dévolution de la masse salariale aux universités, les fusions/concentration quelle qu’en soit la forme (fusions, universités fédérales, universités confédérales ou communautés d’universités), les déficits budgétaires chroniques, l’apprentissage, par les présidents d’université, de la gestion de la pénurie, la recherche par ceux-ci de nouveaux partenariats, comme nous le voyons, la marche à la décentralisation est largement engagée dans l’Enseignement supérieur et la Recherche, même si celle-ci ne dit pas son nom explicitement.

Pour résumer la période 2007-2017 de deux mandats présidentiels qui se dessinent en parfaite continuité, l’équation est simple :

"Autonomie" & "Régionalisation" des universités
=
Démantèlement du Service public universitaire national par désengagement financier de l’État
+
Dilution des responsabilités de ce démantèlement entre de multiples décideurs qui pourront se renvoyer la balle
+
Subordination politique croissante du fonctionnement des universités aux acteurs locaux, politiciens et entreprises
+
Renforcement des inégalités territoriales et sociales pour la plus large partie de la population qui ne trouvera plus à proximité les possibilités souhaitées de formation supérieure et devra renoncer à ce niveau de formation (les baisses d’inscriptions sont déjà perceptibles) ou assumer des coûts exorbitants, notamment en ayant recours à l’emprunt, pour faire des études au loin.

En ce qui nous concerne, nous ne pouvons que combattre cette marche à la décentralisation, car elle signifie la pénurie et l’austérité comme modèle de gestion, la fin d’un système universitaire public, ancré nationalement et garant de l’égal accès à tous à des études supérieures.

La décentralisation aboutirait à la discontinuité territoriale, par la mise en concurrence entre territoires riches et pauvres et donc à la généralisation de l’inégalité de traitement.

Le refus de la décentralisation de l’enseignement supérieur est indissociable de l’exigence d’une remise en cause fondamentale de la loi LRU et des RCE, comme elle est indissociable de l’ensemble de nos mots d’ordre comme l’abrogation de la LRU et du Pacte pour la Recherche, la suppression de l’ANR, l’AERES, des IDEX et de toute politique d’" excellence ".

Tout ceci exige le retour à une gestion nationale du Service public d’Enseignement supérieur et de Recherche, de ses personnels et de la masse salariale, avec l’abandon des RCE, le maintien du statut national de la Fonction Publique d’État pour tous les personnels c’est-à-dire contre toute territorialisation ou transfert de personnel vers les régions.

Dans l’intérêt de l’ensemble de la population et notamment des familles les moins riches de travailleurs, pour l’égalité d’accès et de moyens à un Service public d’Enseignement supérieur et de Recherche de haute qualité dans tous les territoires, la CGT se doit d’exiger :

  1. L’élaboration d’un schéma national d’ESR qui doit assurer une offre de formation généraliste et diversifiée, hors de toute spécialisation des territoires pour favoriser l’égal accès de tous à l’enseignement supérieur et de la recherche, lutter contre la désertification des territoires et l’accroissement des inégalités sociales.
  2. La ré-étatisation de la masse salariale et la gestion nationale des personnels afin de maintenir au plus haut niveau la qualité du service public d’ESR ouvert à tous les citoyens, dans toutes les régions.
  3. L’indépendance des universités vis-à-vis des acteurs politiques et économiques : la pédagogie et la science doivent être libres et la loi doit renforcer ces libertés académiques essentielles.

Publié dans Le Lien n° 174 de mars 2013.
Le Lien est une publication trimestrielle de la FERC CGT.


Référence électronique

"VIII • Diagnostic et revendications", publié le 11 mars 2013, URL : http://www.resistances.net/spip.php?article21, consulté en ligne le 16 décembre 2017


Article précédent - Article suivant

FERC-Sup CGT