Revue syndicale à caractère scientifique et culturel de la CGT FERC Sup

Nuage de mots


Dernière publication


La FERC CGT à la Libre Pensée

Message de la FERC CGT au Congrès national de La Libre Pensée du 23 août 2016 à Bourg-Lès-Valence.


Accueil > Tous les dossiers > Territorialisation > Le leurre de la « spécialisation intelligente »

mars 2014

Le leurre de la « spécialisation intelligente »

La "stratégie de spécialisation intelligente" promue par l’Europe met en concurrence les régions et organise la division du travail.

Sous la pression conjuguée de la politique européenne des "fonds structurels" alloués aux régions et de la politique française de régionalisation de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (cf. Le Lien 174, mars 2013), les Régions mènent une politique dite de « stratégie de spécialisation intelligente » (S3). Cette stratégie qui vise à définir des axes de spécialisation thématique destinés à orienter les financements régionaux et nationaux de la recherche scientifique voudrait rééquilibrer de supposées "faiblesses" de la recherche européenne par rapport aux USA. Elle pousse à la fois à la différenciation des régions d’un même État et des régions européennes entre elles. Cette restructuration concerne à la fois les organismes de recherche et les établissements d’Enseignement supérieur et de Recherche.

L’articulation entre recherche et enseignement constitue l’un des fondements majeurs des universités, écoles et instituts du supérieur. Elle garantit la meilleure qualité possible du Service public national d’Enseignement supérieur et de Recherche :

  • Pour prolonger la formation acquise au lycée, les étudiants ont besoin d’une spécialisation thématique et sectorielle progressive des disciplines scientifiques et techniques. Leur formation doit être assurée par des enseignants-chercheurs qui appuient leurs enseignements sur une activité scientifique dans des laboratoires de recherche.
  • Dès la licence, les contenus pédagogiques qui doivent suivre les avancées de la recherche ne peuvent se résumer à des programmes ou manuels généraux. Ils doivent être construits en fonction de l’état des connaissances scientifiques de chacune des disciplines enseignée. Pour cela, les enseignants doivent rester immergés dans leurs communautés scientifiques de spécialité et les recherches qui s’y développent.
  • Les établissements élaborent leur offre de formation en fonction des compétences scientifiques et pédagogiques de leurs personnels et laboratoires, auxquels sont associés les apprentis chercheurs et futurs enseignants, dès le Master et durant tout le Doctorat.

Avec la spécialisation régionale des domaines de recherche, cette étroite et indispensable articulation entre recherche et enseignement fragilise les établissements. La fallacieuse "autonomie" (LRU-Pecresse) régionalisée (LRU-Fioraso) des universités qui s’est traduite par une réduction de leurs budgets et par le renforcement du pouvoir de leurs présidents, les a rendues dépendantes des pressions politiques et financières des Régions. Ces dernières vont exiger un alignement sur leur politique de spécialisation thématique pour l’obtention des fonds européens. Le volet universitaire et la « politique de site » (région ou communauté d’université et d’établissements) des contrats de plan État-Région consacrera cette dépendance :

  • Dans chaque région, les deux ou trois thèmes retenus, susceptibles d’être financés, vont infléchir les choix de spécialisation des chercheurs. Ils vont orienter les candidatures individuelles et les recrutements. Ils vont peser sur l’élaboration des offres de formations (maquettes de diplômes, développement de filières, etc.).
  • En imposant un « cadre national des diplômes », le ministère a voulu favoriser la régionalisation des domaines d’enseignement : la nouvelle « procédure d’accréditation » permet d’examiner l’offre globale de chaque établissement au regard des spécialisations régionales et le rapport Pumain-Dardel préconise explicitement pour l’enseignement une « articulation avec la recherche, dans une vision intégrée du site ».

La spécialisation régionale de la recherche entraîne donc celle de l’enseignement.

Cette politique va être aggravée par le « Pacte de responsabilité » pour le financement duquel le gouvernement a programé 50 milliards de coupes budgétaires, dont 10 milliards de moins aux collectivités territoriales qui vont ainsi se tourner encore plus vers les sources de financement européen contraignant à la « spécialisation ».

Les premières victimes de cette politique seront les familles dont les enfants devront soit renoncer parce que la formation qui les intéresse n’existe plus dans leur région soit se délocaliser vers une autre région (française ou européenne) en supportant les surcoûts inévitables (transports, logement, frais généraux...). Cela renforce les discriminations sociales et aura aussi des répercussions sur l’offre de formation dans le secondaire : les lycées vont devoir très vite s’adapter à ces spécialisations régionales. Cette politique qui dissocie la répartition des spécialités entre Régions et la répartition territoriale des compétences, nuit à l’intérêt général du pays : les compétences, personnels et unités de recherche d’une thématique sont rarement concentrés sur une seule et même région. Les palliatifs envisagés (mobilité géographique des personnels, travail en réseau…) ne pourront pas répondre à toutes les situations. Cette politique va encourager la concurrence entre régions et affaiblir l’ensemble du dispositif national de Recherche et d’Enseignement supérieur.

La création d’une offre de formation « numérique » vers laquelle se précipitent désormais les universités, ne constitue malheureusement pas le substitut auquel on veut nous faire accroire. Parce que si pour certains aspects l’enseignement peut s’imaginer « à distance », la recherche ne peut se mener isolé. Elle doit être dirigée et menée au sein de réels collectifs de travail dotés de moyens.


Publié dans Le Lien n° 178 de mars 2014.
Le Lien est une publication trimestrielle de la FERC CGT.


Références


Référence électronique

"Le leurre de la « spécialisation intelligente »", publié le 17 mars 2014, URL : http://www.resistances.net/spip.php?article9, consulté en ligne le 16 décembre 2017


Article précédent - Article suivant

FERC-Sup CGT